Un cliché pour un candidat (36)

 

En suivant pas à pas le conflit à Radio France, je me dis souvent qu’en remplaçant dans les articles sur la grève, le nom de l’entreprise par France Télévisions, les problèmes sont identiques. Je ne sais plus dans quel journal, le titre était « l’Etat ne pense pas, il compte ». Et c’est tellement vrai !! Certes il faut faire avec la crise et les ressources publiques qui baissent, mais faut il pour autant s’en prendre toujours aux mêmes ? On coupe dans les troupes, faute de réel projet d’ensemble. Ils proposent « fusion » là où nous réclamons des identités distinctes et affirmées. Nous proposons des nouveaux modèles économiques et ils ne parlent que de nouvelle révolution numérique, sans objectif, sans quête de sens. Nous entendons les mêmes choses à France Télévisions et à Radio France. Il y’a bien un problème dans l’Audiovisuel Public c’est indéniable, mais qu’il ne soit pas caricaturé par la seule vision des effectifs. Comme un autre service public, il faut du monde pour la qualité déclamée mais pas assumée par la tutelle ou l’actionnaire comme on dit maintenant. Je ne sais pas comment tout cela va se terminer ici comme à la Maison Ronde.. Mais fermer les yeux et juste dire que la grève n’est pas la meilleure solution est un peu court. Nos envies de défense du Service Public sont communes et ceux qui nous abiment sont les mêmes, avant ou après, droite ou gauche…

Un sourire avec la campagne textile avant de vous souhaiter un bon week end…

 

Merci Rodolphe !!!

Merci Rodolphe !!!

 

Mon projet pour France Télévisions (5)

33, dites 33. Nous sommes donc 33 candidats pour présider France Télévisions. Tout le monde critique ce Service Public, mais ils ou elles sont nombreux à vouloir le diriger.Je ne sais pas qui est réellement candidat parmi ceux qui veulent jusqu’au bout tenter de rester anonyme. Mais je le dis depuis le début de ma démarche, ce qui compte ce sont les projets pour la télévision publique. Et là on ne sait toujours pas ce que certains proposeront qu’ils soient choisis ou pas . La course aux postes a donc commencé sans doute en coulisses. Beaucoup de candidats profitent de cette procédure pour se rappeler au bon souvenir du monde audiovisuel. Anciens dirigeants de chaines publiques, anciens directeurs de programmes, ancien tout…et futur rien…mais on ne sait jamais. Le CSA transformé en Pôle Emploi du PAF… Moi je ne cherche pas de place , j’en ai une dans ma rédaction à France 3 National. Un métier même et c’est aussi pour le défendre que je me suis porté candidat… Pas de compte à régler , juse cette envie chevillée au corps de défendre ce qui doit l’être. Alors à l’heure où Radio France est en grève, montrée du doigt par une Cour des Comptes qui ne voit dans la fusion des rédactions qu’un élèment comptable. Une Cour des Comptes au discours mortifère sur l’Audiovisuel Public. Il faut le défendre ce qui ne veut pas dire qu’il faut tout laisser en l’état. Les salariés ne disent pas ça, ils veulent juste pouvoir bien faire leur travail. Je me retrouve à 100% dans le conflit de mes collègues et confrères de la Maison Ronde. Oui l’Audiovisuel Public est en crise mais que les pompiers pyromanes se calment. Il faut de la sérénité pour régler ces difficiles dossiers et pas des règlements de compte politique qui ne démontrent que les échecs des tutelles successives.

En attendant voilà la suite de mon projet stratégique, quelques mots autour des programmes…

 

Projet Stratégique – Programmes

Un cliché pour un candidat (35)

Pas de long discours aujourd’hui. C’est la fin de la première étape du processus de désignation du futur président de France Télévisions. Combien sommes nous ? On devrait le savoir dans la journée. Qui, ce sera pour plus tard, car au delà des noms déjà cités dans la presse , et à part ceux qui se sont officiellement déclarés, la gagnante ou le vainqueur est peut être aussi parmi les « encore » anonymes. Mais le débat n’est pas là, même si bien sur, une personnalité peut incarner le mandat, c’est un peu le contraire que je redoute. Car l’actionnaire, la tutelle, semble bien décidée à se mêler de ce mandat, à cheval sur une présidentielle, ce qui bien sur n’aide pas côté pression. Perso, j’attends de savoir si je serais ou non auditionné par le CSA, histoire de mettre un point final à cette démarche. Mais pas à mon combat….Et comme je le dis souvent ici, la campagne textile continue…

Merci Colette !!!

Merci Colette !!!