Une candidature confinée

Je suis candidat à la Présidence de France Télévisions.Bien sûr cela est anecdotique , mais doit -on pour autant tout mettre sous cloche ? 

En pleine pandémie, nous sommes toutes et tous dans des situations différentes. Confinés avec vos enfants scolarisés , en télétravail , ou sur vos terrains de compétences respectives. Avant tout évidemment , un hommage appuyé à celles et ceux qui luttent pour soigner, sauver des vies, trop souvent oubliés par ceux qui nous dirigent. La santé n’est pas une marchandise, ni un mathématique regard sur le  nombre de lits ! On le voit bien tristement aujourd’hui , ces politiques étaient des impasses . Et même si l’actuel Président de la République nous dit que rien ne sera plus comme avant, en attendant le mal est fait.

Je pense aussi à mes consœurs, confrères et collègues de France Télévisions, qui ont comme moi cette mission de Service Public chevillée au corps .Informer oui c’est notre mission , mais celle de notre employeur est aussi de nous protéger.Sans polémiquer outre mesure, nous avons ,avec l’organisation syndicale à laquelle j’appartiens  (Syndicat National des journalistes), demandé que toutes les précautions possibles soient prises pour les salariés du groupe . Et à cet instant le compte n’y est pas. Certes c’est particulièrement compliqué à gérer, à l’instar d’un gouvernement qui aujourd’hui semble changer de pied chaque jour. Mais informer le public ne pourra se faire au prix de notre santé .Les choses s’améliorent , ici ou là .Nous essayons de nous faire entendre en proposant des systèmes de collaboration sans contact entre salariés ( montage, mixage), mais pour le reportage cela reste très difficile à adapter. Quid des masques en reportage ? Mais qui en a d’ailleurs , surtout quand on entend les plaintes justifiées du personnel soignant ?Enfin on avance comme on peut , en espérant pouvoir continuer notre travail de la manière la moins dégradée qui soit, mais en conciliant cela avec notre santé. Nos téléspectateurs ont besoin de cette information et la question qui nous traverse est simple ! Risquons-nous de contaminer par notre activité , risquons-nous  aussi d’être contaminés en faisant notre travail et ainsi de suite ?

Lorsque j’écrivais au début qu’on ne peut pas tout mettre sous cloche, vous l’avez compris je reste candidat à la présidence de France Télévisions. Le dépôt qui se fera par mail , Covid-19 oblige, est prévu me concernant dans les prochains jours. Nous verrons par la suite si le Conseil supérieur de l’Audiovisuel change ou non le calendrier , mais à cet instant précis , tout reste installé comme prévu.Fin de l’envoi des projets le 2 avril , auditions autour du 20 avril , et décision le 5 mai au maximum.

Je suis prêt , et vous en saurez plus ici ces prochains jours , le temps de finaliser contenu et mise en page, et je pourrais alors publier des éléments de ce programme, comme je l’avais fait il y’a 5 ans déjà.

 

A très vite alors , et soyez toutes et tous très prudents et vigilants. Restons chez nous tant que cela est possible.Ce sont les quelques exceptions qui confirment cette règle de notre vivre ensemble, pendant cette crise sanitaire .

Lettre ouverte à François Hollande

Le billet du jour est en quelque sorte une lettre ouverte au Président de la République. Avec léger flash-back pour commencer. Nous sommes en janvier 2008, le locataire de l’Élysée venait d’annoncer la suppression de la publicité après 20 heures sur les chaines publiques. Quelques jours après, dans le cadre de mon travail, je couvre les vœux à la presse du premier secrétaire du Parti Socialiste de l’époque. Pendant la conférence de presse, post discours, je lui pose une question en situant le contexte de l’annonce présidentielle des jours précédents. En quelques mots, quelle est votre vision de la télévision publique dans sa relation avec sa tutelle ? Il me répond en critiquant d’abord l’annonce de Nicolas Sarkozy et entame un plaidoyer pour un service public fort, indépendant avec des moyens à la hauteur de ses ambitions. Un contraste alors avec l’affaiblissement organisé par celui qui avait été élu en 2007. 4 ans plus tard, le premier des socialistes de l’époque devenait à son tour Président de la République. Oui c’était bel et bien François Hollande qui m’avait vanté en quelques mots ce service public fort, indépendant et avec des moyens à la hauteur de ses ambitions. Mais nous y voilà , monsieur le Président. Au delà de quelques augmentations de redevance, où sont les moyens que vous défendiez alors dans l’opposition ? Certes en terme d’indépendance vous avez changé le mode de nomination des PDG de l’audiovisuel public , et c’est bien là que je voulais en venir. La loi qui donne ce pouvoir au CSA a accouché d’un grand moment d’opacité. Pour encourager des patrons du privé , l’anonymat et le secret sont rois. Le grand débat autour de la télévision publique n’aura donc pas lieu. Le projet contre projet est impossible puisqu’on ne connait même pas les candidats encore vraiment en lice. Trouvez vous cela satisfaisant ? Au même moment où dit-on, fort mécontent de l’élimination de Madame Saragosse, vous tenteriez de peser sur le choix des conseillers du CSA. Quel gâchis une fois de plus, quel rendez vous manqué pour France Télévisions. Nous ne connaissons toujours pas la réalité du projet de la tutelle, empêtrée dans des injonctions contradictoires permanentes et encore plus après la remise du rapport de Marc Schwartz. Le chemin de l’ambition c’était son titre, un chemin du renoncement selon moi. Un seul exemple pour illustrer le tout. La ministre Fleur Pellerin , en pleine crise à Radio France, rejetait comme son PDG, l’idée de la fusion des rédactions, nouvelle marotte de la Cour des Comptes. Pas touche au pluralisme disaient en chœur la politique et le dirigeant. Mais en même temps vous laissez, sans répondre à nos alertes, fusionner les rédactions nationales de France 2 et France 3, alors que la question du pluralisme se pose ici tout autant. Alors bien sur, personne ici, et surtout pas moi, n’appelle à l’ingérence , mais une tutelle ça sert à quoi ? Jeudi parait-il le CSA aura fait son choix pour diriger France Télévisions. On connaitra alors peut-être enfin sur quel projet il s’est basé pour désigner. A moins que ce ne soit qu’un casting sur C.V , un concours de beauté , ou pire encore un bras de fer entre vous et le président du CSA. Un combat ridicule et qui pourrez faire une victime de taille , en l’occurrence France Télévisions. Une entreprise déjà bien affaiblie par 10 ans d’errance, par une succession d’erreurs stratégiques, par un dialogue social inexistant, et par des réformes empilées qui n’ont comme résultat aujourd’hui que la fatigue des troupes dans une entreprise véritable usine à burn-out. Mais de tout cela on ne parlera pas , puisque tout ce que je portais tout au long de ma campagne s’est cogné aux vitres opaques des auditions. Mais au delà de ma démarche, le CSA a sans doute fait une grave erreur en n’écoutant pas ce qu’un représentant des salariés pouvait avoir à lui dire sur l’état de l’entreprise aujourd’hui. Même si les candidats auditionnés aujourd’hui et demain ont de beaux projets pour l’avenir de France Télévisions, ils doivent avant tout connaître la réalité de la situation. Le vainqueur de ce faux combat ne pourra pas réussir en sortant de ses cartons une nouvelle réforme sans objectif, sans sens et sans chercher l’adhésion du plus grand nombre. Les salariés en souffrent trop depuis des lustres, mais ça personne ne s’en soucie, pas plus au château, que  rue de Valois, où qu’au  CSA. Cette parole, je la porte avec d’autres, et nous la porterons au delà d’une nomination d’ores et déjà contestée parce que d’ores et déjà contestable quant au processus qui guide ce choix. Voilà monsieur le Président ce qu’un ex candidat voulait vous écrire. Un ex candidat qui n’est pas un professionnel des candidatures, contrairement à beaucoup d’autres dans cette affaire. Mais vouloir diriger France Télévisions n’est pas juste une ligne de plus qu’on veut ajouter à un CV. C’est une ambition pour nourrir un projet et pas l’inverse. Espérons qu’il ne soit pas déjà trop tard…

Opaque au balcon !!!

Maintenant c’est officiel, on ne connait toujours pas vraiment qui sera auditionné par le CSA , la semaine prochaine. Maintenant c’est officiel donc, cette procédure est d’une opacité scandaleuse. Aucune rancœur dans ces lignes non, puisque j’ai passé une grande partie de ma campagne à lutter pour la transparence, il est normal que je continue à en dénoncer les travers.J’ai reçu à titre personnel, un mail très impersonnel, qui en quelques lignes m’annonce que ma candidature n’a pas été retenue. C’est tout, circulez y’a rien à expliquer. Et pareil pour les autres recalés. Quant aux retenus , mystère, même si quelques journalistes dont ceux de « Télé 7 Jours » disent avoir la liste précise des auditionnés, tout en spécifiant que peut-être elle est incomplète. On croit rêver !! Le CSA est en train de choisir le patron d’une entreprise de 10000 personnes, financée en partie par l’argent des contribuables et voilà qu’il  s’en fout royalement. Tout ça pour attirer des grands patrons du privé, qui trouvaient dans l’anonymat la possibilité de concourir sans déstabiliser leur entreprise. Tu parles !!! Hier on nous disait que Marie-Christine Saragosse et Emmanuel Hoog étaient éliminés pour ne pas déstabiliser le service public, mais dans le même temps le CSA conserve Rémy Pflimlin , alors qu’il est clair que sa sortie est proche. Ensuite pas une information sur Madame Orange comme on l’appelle déjà dans les couloirs de France Télévisions. Est-elle vraiment dans la short-list et surtout avec quel projet ? Car c’est bien cela le vrai souci, au delà des noms et des procès d’intention, c’est bien l’absence totale de transparence sur les projets sélectionnés qui pose problème.Mais là, opacité quand tu nous tiens, on ne saura rien, et même en interne l’actuel PDG ne daigne pas dire mot à ses salariés sur son projet futur si il était maintenu à son poste.

Après il y’a ma candidature. Je ne suis pas le mieux placé pour commenter son rejet. Mais franchement, le CSA n’a t-il pas compris qu’en ne m’auditionnant pas, il lui donnait un écho encore plus grand ? Car depuis hier, les témoignages de sympathie sont très nombreux. En interne, bien sur que cela est ressenti comme une injustice, comme une procédure interdite aux gueux, aux salariés, à ceux qui font cette télévision publique. Depuis le 22 mai 2014, j’ai expliqué ma démarche, élaboré un projet, communiqué à chaque étape, entraîné des gens avec moi. Le tout pour que la parole des salariés pèsent dans ce débat qui n’a jamais été ouvert, celui de l’avenir de la télévision publique. Je ne suis pas déçu , il fallait s’attendre à ce choix de classe, oui je n’ai pas peur des mots, c’est un choix de classe, mais pas une décision très classe. A titre personnel, peu importe, je reste journaliste à France Télévisions, syndicaliste au SNJ et je serai bientôt en face à face avec le désigné de ces prochains jours. Mon combat continue, il n’a pas commencé avec cette candidature et ne s’arrêtera pas avec cet épisode. Mais j’avoue que pour tous ceux qui m’ont apporté leur soutien, qui trouvaient une voix pour porter la leur, je suis triste. Triste que ce système fermé, entre gens de bonne compagnie, ne se rende pas compte qu’il creuse tous les fossés possibles qui rendent les dialogues impossibles.Je le dis clairement, sans peur , sans animosité,  au prochain président de France Télévisions, vous ne ferez rien sans notre adhésion. Et je ne parle pas ici de la mienne mais bien de celle de  l’ensemble des salariés. Cette nomination fruit de l’opacité ne supportera pas longtemps la lumière du réel, et nous serons là pour vous le rappeler à chaque pas de votre futur mandat… Ce n’est pas une menace , c’est une promesse.

Mon projet stratégique pour France Télévisions

Chose promise… Alors que j’attends, comme sans doute les 32 autres candidats, l’éventuelle convocation du CSA, pour l’audition finale, aujourd’hui je publie donc la totalité de mon projet stratégique. Je l’ai fait depuis le 9 mars dernier par tranche, maintenant à l’heure de la dernière ligne droite, il me semble important de continuer à jouer la transparence. L’opacité est entière sur le programme des autres candidats  A chacun ses choix, mais pourtant il aurait été souhaitable qu’un grand débat sur la télévision publique s’ouvre à cette occasion. Peut-être à l’instar du conflit à Radio France , faudra t-il attendre une crise pour que tout le monde se saisisse de la chose. Il est utile, fondamental et citoyennement nécessaire. En attendant nous ne connaitrons qu’à la fin du processus, sans doute, quelques éléments de contenu du projet stratégique du vainqueur.

En attendant donc que toute la lumière soit faite sur l’avenir de France Télévisions, mon présent à moi, c’est ce projet réalisé en collaboration avec les adhérents du SNJ.

Bonne lecture et à très vite pour le retour de la campagne textile..

Propositions pour une entreprise citoyenne, éthique , exemplaire et une information de Service Public

Procédure, phase II…

On connait depuis hier, la procédure mise en place par le CSA pour entrer de plain-pied dans la phase 2 de la désignation du Président de France Télévisions. Deux heures d’entretien , repartis de la manière suivante. Trente minutes d’exposé, sans diapositive, ni film de vacances, comprenez sans support visuel, avant de répondre aux questions des conseillers pendant une heure trente. Il faudra également répondre, si bien sur, je suis convoqué à cette audition, à la volonté ou non de garder toute confidentialité sur le fait d’être entendu par le CSA. Perso, en toute transparence, comme depuis le début de cette campagne, je demanderai de fait à ce que cette audition soit connue de toutes et de tous. Aucune raison de me cacher, alors que cette étape fait partie du deuxième objectif que je m’étais fixé secrètement : expliquer ma démarche au CSA, et surtout lui dire ce que les salariés ressentent depuis des années à France Télévsions. Des constats, des propositions, des solutions. Je le dis sans cesse, mon projet stratégique porte un sous titre explicite . « Propositions pour une entreprise citoyenne éthique, exemplaire et pour une information de Service Public ». Ce n’est pas qu’un teaser , c’est un résumé précis de mes propositions travaillées avec les adhérents du SNJ de France Télévisions et en parfaite osmose avec le SNJ National. Demain sur ce même blog, je publierai la totalité de mon projet stratégique tel que le CSA l’a réceptionné le 9 mars dernier.

Mon projet pour France Télévisions (5)

33, dites 33. Nous sommes donc 33 candidats pour présider France Télévisions. Tout le monde critique ce Service Public, mais ils ou elles sont nombreux à vouloir le diriger.Je ne sais pas qui est réellement candidat parmi ceux qui veulent jusqu’au bout tenter de rester anonyme. Mais je le dis depuis le début de ma démarche, ce qui compte ce sont les projets pour la télévision publique. Et là on ne sait toujours pas ce que certains proposeront qu’ils soient choisis ou pas . La course aux postes a donc commencé sans doute en coulisses. Beaucoup de candidats profitent de cette procédure pour se rappeler au bon souvenir du monde audiovisuel. Anciens dirigeants de chaines publiques, anciens directeurs de programmes, ancien tout…et futur rien…mais on ne sait jamais. Le CSA transformé en Pôle Emploi du PAF… Moi je ne cherche pas de place , j’en ai une dans ma rédaction à France 3 National. Un métier même et c’est aussi pour le défendre que je me suis porté candidat… Pas de compte à régler , juse cette envie chevillée au corps de défendre ce qui doit l’être. Alors à l’heure où Radio France est en grève, montrée du doigt par une Cour des Comptes qui ne voit dans la fusion des rédactions qu’un élèment comptable. Une Cour des Comptes au discours mortifère sur l’Audiovisuel Public. Il faut le défendre ce qui ne veut pas dire qu’il faut tout laisser en l’état. Les salariés ne disent pas ça, ils veulent juste pouvoir bien faire leur travail. Je me retrouve à 100% dans le conflit de mes collègues et confrères de la Maison Ronde. Oui l’Audiovisuel Public est en crise mais que les pompiers pyromanes se calment. Il faut de la sérénité pour régler ces difficiles dossiers et pas des règlements de compte politique qui ne démontrent que les échecs des tutelles successives.

En attendant voilà la suite de mon projet stratégique, quelques mots autour des programmes…

 

Projet Stratégique – Programmes

Mon projet pour France Télévision (4)

Aurais-je droit  au graal ? L’audition par les conseillers du CSA , pour pouvoir expliquer mon projet stratégique. Parler du désarroi des salariés, des craintes des projets actuels, mais aussi des questions que posent les conclusions du rapport Schwartz. En attendant je complète aujourd’hui vos connaissances (je plaisante), en publiant toute la partie « Information » de mon projet stratégique. Demain c’est l’ouverture officielle des enveloppes de toutes les candidates et tous les candidats.On connaitra le nombre des prétendants et peut-être plus encore si l’anonymat était par hasard complètement levé. D’ici là bonne lecture !!! Et à demain pour le retour de la campagne textile !!!

Projet Stratégique – Information

 

Mon projet pour France Télévisions (3)

Cette fois, la coupe est pleine ou presque. On connait les candidats, enfin ceux qui ont souhaité le faire savoir officiellement. Je ne vais pas résumer ici leur CV, le temps est maintenant aux projets. Je n’ai pas attendu ce moment pour faire connaitre le mien, alors je continue. Aujourd’hui on parle financement, budget, emploi. Les autres candidats n’ont plus qu’à jouer, eux aussi, la transparence en publiant au plus vite le projet envoyé au CSA. Personellement je le ferai le 2 avril au lendemain de l’ouverture des enveloppes par le CSA. Ensuite l’heure sera à la  short-list et aux auditions. J’espère aller jusque là. Pas pour mon ego, pas pour mon CV, non !!! Mais tout simplement pour faire entendre ma vision de l’entreprise, et porter la parole des salariés qui pour beaucoup se reconnaissent dans ma démarche. A très vite en attendant lisez si vous avez envie un nouveau chapitre de mon projet.

PROJET STRATÉGIQUE Finances, Budget, Emploi

 

Gouvernance et Dialogue social

Après avoir publié précedemment le projet éditorial et les élèments concrets pour installer un avenir pour le réseau régional de France 3, aujourd’hui je vous livre mes propositions autour de deux thèmes importants, la gouvernance et le dialogue social.

Egalité femmes/hommes, diversité, transparence dans les décisions et les comportements, respect des organisations syndicales et des salariés, propositions autour d’un nouveau contrat éthique et exermplaire. Voilà ce que vous trouverez dans ces extraits de mon projet stratégique remis le 9 mars dernier  au CSA.

En préambule, j’évoque bien sur la situation psychologique  catastrophique dans laquelle se trouve aujourd’hui les salariés de France Télévisions. Le premier dossier que devra ouvrir et traiter la future présidente ou le futur président  de l’entreprise. Si c’est moi bien sur, ce sera la priorité des priorités. Bonne lecture

 

Projet Stratégique: Gouvernance et dialogue social

Mon projet pour France Télévisions (2)

Aujourd’hui c’est grève à France Télévisions. Pour défendre le droit de grève et soutenir des collègues menacés de sanctions dsciplinaires pour avoir, selon le PDG, mis en danger la continuité du service public. On croit rêver. Mais voilà que notre président se transforme en législateur, dirigeant l’entreprise par oukaze, et remettant ainsi en cause un droit constitutionnel. La mobilisation est forte et c’est rassurant.

En attendant, nous voilà à une semaine de la fin du dépôt des candidatures au CSA. Je vous livre, ce jour, mon projet pour l’avenir du réseau régional de France 3. Là aussi comme le projet éditorial, c’est le fruit du travail des journalistes et adhérents du SNJ. Rédigé à l’époque pour devancer les conclusions du rapport Brucy, il fait partie bien évidemment de mon projet stratégique, aujourd’hui dans le coffre-fort du CSA. Un réseau régional qui mérite beaucoup mieux que le sort que lui réserve le rapport Schwartz. Le plus grand réseau d’Europe en terme d’information est abimé depuis des années, nos propositions en font un élèment clé de l’entreprise. Bonne lecture et à demain

Avenir du réseau régional
.