Un cliché pour un candidat (20)

La campagne textile atteint donc aujourd’hui son vingtième épisode. Trois semaines intenses, consacrées à la finalisation du projet stratégique réclamé par le CSA pour pouvoir candidater et ainsi qui sait devenir président de France Télévisions. L’actionnaire a publié sa feuille de route pour le groupe audiovisuel. Des préconisations pour un renoncement budgétaire et éditorial. Mieux avec moins, et surtout sans aucune prise de risque quant au renouvellement du modèle économique de la télévision publique. France Télévisions se transforme petit à petit en une simple plate-forme de flux. Même si la filière de production semble préservée, ce sont bien les producteurs privés qui gardent la part belle. La poule aux œufs d’or qui nous ramène quelques années en arrière quand des marionnettes très inspirées jouaient aux voleurs de patates. Rien n’a changé depuis cette époque. Sauf qu’on ne montre plus du doigt les animateurs vedettes, producteurs enrichis grâce à la télévision publique. Mais pourtant l’externalisation de la fabrication des programmes reste le secteur à réformer. Ne croyez pas ceux qui vous disent que produire en interne est plus cher que de produire dans le privé. C’est juste une pensée unique, qui arrange beaucoup de monde, sauf les finances du groupe et le moral des troupes qui voient partir la plupart des productions à l’extérieur. La ministre Fleur Pellerin parlait d’audace, mercredi dernier, mais la véritable audace ne serait-elle pas de couper enfin le cordon entre ministère de la culture et certains producteurs privés qui se nourrissent sur la bête publique? Il ne s’agit pas ici de dénoncer les créateurs, mais bien d’en finir avec ceux qui s’enrichissent à la fois sur le dos du groupe public mais aussi des intermittents qu’ils font travailler. Et parmi ces rentiers de la prod, beaucoup d’anciens dirigeants ou salariés de France Télévisions qui obtiennent des marchés sans trop de difficultés, ce que j’appelle dans mon projet les intérêts croisés, des liaisons dangereuses si vous préférez. La véritable audace madame Pellerin serait d’oser s’attaquer pleinement à ce dossier.

Merci Alexis !!!

Merci Alexis !!!

Un cliché pour un candidat (19)

 

En cette veille de week-end, respirons un peu. Le CSA m’attend sympathiquement lundi matin pour réceptionner mon dossier de candidature. Comme je n’aime pas être seul face à l’adversité de ce moment solennel, mes amis du Syndicat des Journalistes viendront me soutenir. Pas une manif, non, je rassure les autorités. Pas de trouble à l’ordre public en perspective. Ce sera plutôt un trouble dans la télévision publique. L’actionnaire impose aux candidats le carcan du rapport Schwartz. Comme si cette procédure était un casting pour celui ou celle qui saurait le mieux recopier avec style une feuille de route pour les 5 ans à venir. Ce même actionnaire incapable d’ailleurs de proposer une quelconque stabilité budgétaire au groupe France Télévisions. Fleur Pellerin dit vouloir du « mieux »,  pendant que les ministres Michel Sapin et Emmanuel Macron crient au fond de la salle, « oui mais avec moins d’argent ». Des injonctions contradictoires depuis des lustres, et des réformes sans cap depuis des années jalonnent l’histoire de France Télévisions. Les préconisations schwartziennes font peur en interne, et personne n’a besoin de cela. La direction actuelle demande de la stabilité pour garder sa place, mais moi je défends une autre ligne. Ce sont les salariés qui ont besoin d’une pause. Ils sont prêts à avancer , à bouger, mais sans boussole depuis près de 10 ans, même le nord s’est perdu. Que les candidats qui se présenteront devant le CSA n’oublient pas cette dimension. Moi je ne pense qu’à cela. La campagne tee-shirt elle, suit son cours, destination France 3 Bordeaux en force, après Muriel et Yannick, c’est aujourd’hui un troisième soutien !

Merci Bernard !!!

Merci Bernard !!!

Un cliché pour un candidat (18)

Dans quelques heures, mon projet, notre projet sera bouclé. Un petit scoop, son titre : « Propositions pour une entrerpise citoyenne, éthique, exemplaire et pour une information de Service Public ». Je ne sais pas si cela correspond à la défintion donnée aujourd’hui par la ministre de la culture et de la communication, Fleur Pellerin. De l’audace,dit-elle. Mais quelle audace ? L’audace d’une nouvelle réforme qui s’ajoutera aux échecs précèdents ? L’audace d’un modèle « tout numérique » au détriment de nos coeurs de métiers » ? L’audace de couper dans le vif, à France 3 avec son réseau régional, ou de fragiliser encore un peu plus France Ô ? Je ne sais pas de quelle audace parle la ministre, mais celle que nous attendions était celle d’un actionnaire qui stoppe ses injonctions contradictoires. Mieux avec moins, dans l’absolu c’est magique. Mais un modèle économique aussi contraignant appelle à des coupes sombres qui inquiètent d’ores et déjà les salariés du groupe. Le rapport Schwartz préconise certes, il ne commande pas. Mais les candidats à la Présidence de France Télévisions doivent s’inspirer de ce cadre pour mettre leur photo à l’intérieur. Alors il n’y ‘aurait donc pas de projet alternatif? Prétentieusement, je pense que si, et ça madame la ministre, c’est aussi de l’audace..

Merci Laure !!!

Merci Laure !!!